Download in HD

Film Streaming Bloodsport, tous les coups sont permis

Film de Newt Arnold Action et drame 1 h 32 min 26 février 1988

Franck Dux, formé à l'art du Ninjutsu, s'est entrainé toute sa vie pour participer au Kumite, un tournoi d'arts martiaux clandestin à Honk Hong.

De 1975 à 1980 Franck W. Dux à livrer 329 combats. Il s'est retiré invaincu avec le titre de champion du monde de Full Contact catégorie poids lourd. Mr Dux détient toujours 4 records du monde : - la plus rapide victoire par Ko avec 3,2 secondes. - Le plus rapide coup de poing avec Ko avec 0,12 seconde. - Le plus rapide coup de pied avec Ko avec 115 kilomètres-heure. - Le plus grand nombre consécutif de ko dans un même tournoi avec 56 ko. Par ailleurs Mr Dux a fondé la première école de Ninjitsu aux États-Unis, le Dux-Ryu.

Petit point pratique à savoir sur le film avant d'attaquer ma critique:

Bloodsport fait partie de ses films qui ont su marquer l'histoire cinématographique à travers le temps. Réaliser par Newt Arnold à qui l'on doit quelques belles bouses et pas grand-chose d'autres, ce film nous fait découvrir à l'époque pour la première fois sur grand écran une future méga star d'action du nom de Jean-Claude Van Damme. Et pourtant ce n'était pas gagné car Bloodsport à bien failli ne jamais voir le jour. Il faut savoir que sans son comédien principal celui-ci n'aurait jamais existé. En effet c'est à Jean-Claude Van Damme et son ancien ami Michel Qissi que l'on doit l'entièreté de ce long métrage .

Ce sont eux qui a coup de culot ont provoqué la rencontre avec le producteur israélien Menahem Golan ou le comédien a fait part de son rêve de devenir une star d'action. Pour le convaincre il lui a faits une démonstration d'arts martiaux suivis d'un grand écart, le producteur surpris de ses capacités lui donne alors le script bien poussiéreux de Bloodsport et lui confie le premier rôle. Cet ainsi que la carrière du jeune karatéka commença, sauf que cela c'est énormément compliqué par la suite. En effet le tournage est tout ce qu'il y a de plus compliqué avec des choix de mise en scène de la part du réalisateur catastrophique le film se tourne avec difficulté jusqu'à proposer son montage final au producteur Menahem Golan qui devant ce résultat navrant décide de stopper le projet et de tout passer à la trappe; terminé Bloodsport !

Seulement, Jean-Claude Van Damme ne l'entend pas de cette oreille et négocie avec le producteur à le laisser faire lui-même le montage et de corriger ou de rajouter ce qu'il faut au long métrage pour en faire quelque chose d'autre. Et c'est ainsi que le jeune acteur alors novice à tout ce qui touche le cinéma s'est retrouvé à diriger le projet et c'est ainsi que naîtra la version que l'on connaît tous. Par mesure de sécurité Menahem Golan sortira Bloodsport directement en K7 vidéo et sera finalement une telle réussite que le producteur n'aura d'autres choix que de le sortir sur grand écran.

Pari risqué alors qu'il existe déjà en VHS, et pourtant le film cartonnera sur le grand écran et sera maître pendant un moment du top des classements aux box-offices. Cet ainsi que le jeune comédien à réussit à atteindre le rang de star des films d’action. Chose bien méritée car c'est bien grâce à lui et à son engagement obnubilant et sans failles que Bloodsport a atteint le rang d'oeuvre culte. Et après on dit de lui que ce mec est ridicule et sans talent, non mais je vous jure... Bien que le comédien soit assez bizarre dans son attitude il n'en demeure pas moins qu'il possède un talent certain.

A présent voici mon avis sur le film:

Histoire de se concentrer avant tout sur l'essentiel je commencerais par les points négatifs, car aussi culte soit-il Bloodsport, tous les coups sont permis n'est pas pour autant une oeuvre parfaite, entre un scénario raboteux, les nombreux faux raccords, quelques montages charcutés et une interprétation en roue libre de certains comédiens. Pourtant l'oeuvre réussie à dépasser sa propre condition pour nous livrer malgré certains défauts une partition où les thématiques du dépassement de soi et du respect de l'art martial à l'homme sont très forts. Les subtilités ne passent pas par le côté technique mais par la nouveauté, la spontanéité et la sincérité de ce qu'il a à raconter.

Le scénario bien que simple reste efficace en racontant l'histoire (soi-disant) vraie de Frank Dux, premier Occidental à être sortie victorieux du kumité en installant quant à faire au passage plusieurs recors. Le kumité est un grand tournoi d'art martial illégal réunissant des experts de la sphère entière, où les combats furent connus pour leurs brutalité et dangerosité ce qui donne lieu à un superbe contraste pour une histoire. Cette violence ne se traduit ici non pas par un acte d'héroïsme et de fureur mais par l'honneur et l'égard du symbolisme de la tolérance et de l'estime de chacune. C'est justement grâce à cet égard que Bloodsport a rapidement obtenu le titre d'oeuvre culte .

Les combats sont magnifiquement traduit car superbement chorégraphié, chaque art martial est bien mis en avant. Les différents plans autour des coups portés sont super-biens foutus. C'est d'ailleurs la seule mise en scène impactant et efficace du film et de loin la plus importante. Les ralentis sur certain coup viennent donner une ampleur qui impressionne et saisit. Les duels ne sont en rien exagérés, pas de câble de tirage et autres subterfuges. Les affrontements ne sont pas longs car le ko survient rapidement, quand on prend un coup ça fait mal, très mal, une particularité qui ajoute plus de réalisme et de crédit au contenu.

La bande originale écrite par Paul Hertzog envoie du lourd et confère une tension et un impact essentiel au duel suivi d'une chanson (Fight To Survive) absolument mythique ! Un élément d'une importance cruciale car mettre un tube dans les combats est une chose encore peu faite à l'époque et aujourd'hui malheureusement plus du tout utilisé (à quelques exceptions près peut être). Tous les titres de Bloodsport pètent, le compositeur a faits un travail réellement remarquable. Que ce soi le héros ou l'antagoniste, tous ont leur propre piste une attention qui fait plaisir.

Enfin Bloodsport est un véritable hommage à l'ensemble des différentes disciplines d'arts martiaux. On assiste à un bon nombre de techniques différente, certaine très surprenante, d'abusive (l'homme-singe) et d'autres très impressionnante. Un aspect cher au coeur de Jean-Claude Van Damme qui tout au long de ses longs métrage centré sur la discipline aime mélanger les genres et les techniques du monde entier (Kickboxer, le grand tournoi ...).

Côté distribution, il faut bien admettre que malgré son inexpérience Jean-Claude Van Damme est excellent. Il attire à lui seul toute l'attention et sans difficulté nous entraînant dans ses aventures que tout gamin aurait rêvé de vivre. Charismatique et d'une présence royale se démarquant sans mal de tous il est facilement compréhensible qu'il ait su si vite gravir les échelons. Sur le tatami(Ring) Van Damme est impérial, on le sent vraiment à l'aise et puis il apporte un véritable panache et une nouveauté au genre. Note importante, pour la première fois à l'écran il exécute une technique encore inédite sur grand écran et qui deviendra la spécialité du comédien "le fameux double coup de pied rotatif en grand écart ".

Pour se confronter à lui qui de mieux qu'un guerrier imposant du nom de Chong Li incarné par le bad guy suprématie de l'époque "Bolo Heung", acteur de taille ayant déjà joué au côté de Bruce Lee dans "Opération Dragon" et dans des oeuvres majeures comme les 14 amazones entre autres. Bolo Heung est le seul méchant du film, car il est le seul à se battre pour le plaisir de détruire les autres et pour être acclamé de son public, pour lui rien n'est plus important que la victoire coûte que coûte. Si par moments Bolo peut sembler caricatural je le trouve très efficace et franchement assez flippant. Avec Van Damme ils livreront un duel final sacrément intense!

Le reste du casting sans être mauvais n'est pas énorme mais on a la surprise d'y voir Forest Whitaker dans l'un de ses premiers rôles. Donald Gibb dans le rôle de Ray Jackson joue le bon pote brut de coffrage touchant et fort. Il est à l'origine d'un paquet de réplique vraiment excellente et poignante ma préférée étant: -"Où tu veux, quand tu veux, à n'importe quelle heure, si jamais tu as besoin de moi je serais là." Les deux hommes finissent par se prendre dans les bras et s'embrassent amicalement, symbole fort d'amitié. Comme quoi ce film n'est pas fait que pour les brutes vu qu'il n'hésite pas à mettre en avant le relationnel. Leah Ayres qu'il me semble ne connaître que pour ce rôle incarne un personnage très intéressant car elle n'est pas la simple gourde qu'on doit sauver, elle représente la femme indépendante sûre d'elle forte et pleine d'ambition. Elle apporte beaucoup de nuance.

Je terminerais par le nombre assez conséquent de scènes culte. À retenir, l'épreuve de la brique avec la première en partant du Bas, celui de la pièce de monnaie avec la main qui se referme, le combat final avec JCVD aveugle, le fameux duel contre le sumo avec le grand écart suivi d'un coup de poing dans les testicules et le fameux ..."MATER"!

CONCLUSION :

Bloodsport, tous les coups sont permis est sans conteste un film qui a marqué une génération tout entière de son empreinte ! Une oeuvre certes pas parfaite mais qui mérite une attention particulière tant il aborde un paquet de thème divers et varié auquel il faut rendre grâce. Un chef-d'oeuvre du genre, certes pas sans défaut, mais chef-d'oeuvre quand même. Note spéciale, on voit les fesses de Jean-Claude Van Damme dans ce film!

FILM COMPLET EN STREAMING VF